L’allégorie du collier ou 4 jours intenses!

 

Est-ce que c’était mon dernier article de blog? Celui d’avant je crois…

 

J’évoquais un week-end que j’allais passer au domaine de Chigy (dans la Nièvre) avec un groupe qui s’appelle Pranamour…

 

Christian me recommande de l’enlever

Lorsque Obrigada et moi sommes arrivées sur les lieux et avons croisé le groupe pour la première fois, elle était détachée et avait juste son collier…

Très vite, Christian m’a dit “Le collier, non, non, non… tu dois apprendre à avoir une telle relation avec ton chien qu’il n’aura plus besoin de collier”

 La journée s’est passée…

J’oublie de le mettre

Le lendemain, j’ouvre les yeux dans cette tente où nous avons passé la nuit.

Obrigada s’éveille en même temps que moi, mais est plus prompte à vouloir sortir… Alors, j’ouvre la fermeture et hop! La voilà dehors! Il me semble que c’est seulement une ou deux heures plus tard que je réalise que je l’ai laissée aller sans collier… 

Et c’est ainsi qu’elle a vécu deux jours et nuit en liberté, sans collier… dans un espace grand…

 

Quand même, je le remets!

Quand même, pour rentrer, nous l’avons remis… Enfin, je lui ai remis…Je ne suis pas encore totalement confiante dans notre relation et peut-être son “obéissance”…

Mais elle revient sans…

 

Deux ou trois jours après mon retour, elle vient me retrouver d’un champ, sur le bord du chemin où je m’assois sur un banc à attendre qu’elle vadrouille… et… elle n’a pas de collier! Voilà! Elle a réussi à l’enlever… 

 

Quelques jours après que Christian ait exprimé qu’un chien pouvait être élevé sans collier, elle a créé cela! Et bien créé en plus! Parce que je me suis mise à utiliser dès que nous sommes rentrées un collier trop grand, qu’elle enfile d’elle-même (il faut sa coopération) et dont elle se débarrasse en un coup de tête…

 

Et voilà que je me fais gronder!

Il y a 4 jours, je suis à nouveau sur ce banc, Obrigada en vadrouille dans le champ devant moi…

Un monsieur passe sur le chemin devant moi, ralentit, s’arrête et me parle au moment où elle réapparaît… “C’est à vous le chien noir?” “Oui” “Il a perdu son collier?” “Oui” “Je sais où il est! C’est un ami chasseur.. Il n’est pas content. Il faudrait le garder votre chien… Il courre après les jeunes chevreuils…” “Ohhh! Elle en a attrapé un?” “Non, mais c’est une propriété privée.. Il faut le garder votre chien”…

C’est une propriété privée…

 

OK… Les champs sont des propriétés privées… Je ne suis entourée que de propriétés privées… Même la forêt est privée et le chien devrait être tenu en laisse… Qu’elle puisse avoir besoin, envie, aimer courir n’ait pas quelque chose d’entendable là où je vis… Les chiens sont faits pour être enfermés sur quelques mètres carrés, sortir quelques minutes par jour tenus en laisse… 

 

La joie d’Obrigada quand elle courre n’est pas recevable… OK….

 

Le soir, en promenade, j’informe Obrigada que nous continuons le chemin, que nous ne nous arrêtons pas là… Histoire de laisser la propriété privée tranquille…

 

Et puis, nous avançons, sur ce chemin bordé par une route, que nous suivons presque chaque jour depuis mi-Mars, oui, le début du confinement… Chacune son rythme… Elle disparue rapidement de ma vue, comme cela arrive quasiment à chaque fois… Je lui fais confiance – pour entendre les voitures – pour ne pas avoir envie de mourir maintenant…

 

Faire confiance, peut-être que parfois c’est être aussi prêt à vivre ce qu’il y a à vivre…

 

Je suis sur un autre banc… La nuit tombe… C’est vrai, je regarde mon téléphone, je cherche une information qui m’a échappée…

Bruit de frein, bruit de choc, KAIIII KAIIII KAIIII mes hurlements… et puis très vite, elle arrive vers moi, elle marche sur trois pattes je crois, gémis… je pose une main sur son coeur qui bat si vite, une autre sur son dos… “ça va aller, je suis là… “ Activation de processus… Qu’est-ce que son corps requiert? 

 

Très vite elle démarre vers la maison, sur trois pattes en avançant assez vite… et puis, à mi-chemin, elle s’allonge… pas de volonté d’aller plus loin…

Quelques voitures sont passées sur la route… Je me suis éclairée… Pas une n’a freiné, pas une n’a ralenti… Je crois que j’avais déjà du sang sur la robe… Il me semble que les gens ont peur… Il y aurait quelqu’un sur cette planète qui aurait intérêt à créer ça? 

 

Grâce à un taxi – merci de tout coeur au jeune homme qui nous a fait confiance et aidées, nous sommes rentrées… Redox et processus….

 

Le matin, cela saigne encore mais une amie (Merci Caroline!) me dit que je peux consulter un cabinet vétérinaire qu’elle connaît…

 

Je passe quelques épisodes… Obrigada est endormie et va recevoir des soins…

 

Et merci aussi à toutes les personnes du monde entier qui lui envoient tout ce qu’elles peuvent parce que je les ai alertées dans des réseaux sociaux…

 

Jeudi… Jour du premier pansement…  Et je reçois aussi le Healy, mais c’est une autre aventure…

 

Vendredi… Jour du deuxième pansement

 

Samedi… Nous venons de le faire pour la troisième fois… Je me souviens de mieux en mieux de l’avantage à anticiper d’avoir tout sous la main… Elle est super courageuse!!! Elle est en train de guérir à vitesse grand V… Les plaies qui sont restées à l’air libre ont presque disparu… Pour ce qui se passe à l’abri des regards, cela se passe à l’abri des regards… mais je la félicite tellement pour sa coopération!

“Collier, ce n’est pas fini!

Samedi, 4ème jour après l’accident…

Nous sommes dehors, devant la maison…. Une voiture blanche s’arrête.. Le monsieur du mardi matin me tend le collier… “Si elle n’avait pas réussi à sortir sa tête, mes amis l’auraient amenée à la SPA…”

“Merci!”

“Qu’est-ce qui lui est arrivé? Une voiture?” “Oui…”

“Il faut l’attacher, vous avez vu ce qui arrive…”

“Merci”

Ainsi, le collier perdu, c’était parce que des êtres humains l’avaient attrapée, qu’ils n’avaient pas de super intentions et qu’elle a su se dégager…

Et maintenant?

Maintenant, j’ai le choix…

Je peux chercher partout où j’ai eu tort, où j’ai fait pas bien… où je suis coupable de ce qui lui est arrivé… Je peux avoir peur que ça se reproduise, je peux me promettre que je ferai tout pour que ça n’arrive plus… Collier, laisse, barbelés…

Ou bien…

Ou bien, bien sûr, être touchée de ce qui s’est passé… Avoir mal pour elle qui l’exprime si peu…

Je peux choisir qu’elle guérisse très vite et d’être l’espace infini qui permette ça avec aisance, joie et gloire!

Demande et tu recevras…

J’ai fait deux demandes mercredi matin que je réitère ici :

“Quand tout sera fini, qu’elle courre encore plus vite qu’elle ne courait avant et qu’un lieu se montre avec aisance, joie et gloire où nous pourrons vivre et être libres d’aller et venir et où elle sera reconnue pour le cadeau qu’elle est et aimée”

(désolée, cela fait peut-être plus de deux demandes…)

Nous, on a fait le choix de ne pas créer le futur à partir du passé!

Ceci ne nous servira pas de leçon !

Merci pour l’expérience! Merci pour les informations! Et quoi d’autre est possible maintenant? 

“Qu’est-ce qui est possible pour Obrigada et moi que je ne pensais pas possible que si j’autorise les possibilités infinies, cela va créer une réalité différente?”

Et j’ai une demande à te faire, à toi qui lis!

“Si cette lecture à créé quoi que ce soit chez toi, qui ressemble à de la peine, de la tristesse, de la colère, du ressentiment, du reproche, du blâme… ou quoi que ce soit comme émotion, alors, juste sache que ce n’est pas le but! Si tu es ok, ne garde pas ça…

Non, la terre attend ta joie! La Terre reçoit ta joie! Et nous contribuons tellement mieux à cette planète en étant juste heureux….

“Heureux???? Mais tu as vu tout ce qui se passe????? “

“Et bien justement! Pas la peine d’en rajouter, si?”

 

Donc, si cette lecture a fait naître ou a réveillé quelque émotion chez toi, et que ça ne sert pas la joie, alors, si ça te va, ne le garde pas… Il est possible que tu captes juste des choses qui ne te concernent même pas… et tu n’es pas obligé de rester avec cela!

 

“Serais-tu disposé à rire plus pour guérir la planète?” Gary Douglas.

Je ne sais pas si la planète a besoin de guérir, mais l’humanité, il y a des chances que si…

Alors si le rire peut faire cela, soyons nombreux à rire et nous réjouir!!!!

 

Merci d’avoir lu et d’accepter de demander “Qu’est-ce qui va faire de cette journée une merveilleuse journée?”

 

Voici une autre allégorie reçue hier…

Ah bon, c’était normal de ne pas être fan de cette histoire de chèvre qui voulait juste être libre et qui se faisait manger, quand j’étais enfant?

On nous aurait fait avaler l’idée que la liberté, c”est sûrement beau mais c’est dangereux?

Il semblerait qu’une forme de ce point de vue ce soit installée…

Merci Obrigada de me montrer cela… et de me donner l’occasion de changer tout cela…