J’ai fait un rêve cette nuit   

« J’avais un tout jeune enfant/bébé que j’allaitais.

J’étais dans la maison de ma mère.  A un moment, je l’ai laissé endormi et avec les personnes présentes, nous sommes sortis pour nous affairer auprès d’une voiture. 

Le temps passe et d’abord je perçois mais de manière quasi-inaudible les pleurs du bébé. 

Puis de plus en plus fort. Un homme qui arrivait va aller à sa rencontre. 

Je suis en colère de ne pas être allée sur le champ. Et puis, je perçois une croyance qui est là : « traverser l’adversité jusqu’à trouver ses ressources : que le bébé pourrait pleurer, pleurer, pleurer, jusqu’à arriver à se calmer tout seul et trouver un centre d’intérêt. Et que si je me précipite au premier mouvement il ne pourra pas apprendre à trouver les ressources en lui. » Je perçois à quel point cette croyance est forte, partagée et je me dis et si c’était vrai ?

Et puis, je continue en me demandant ce que j’ai envie que mon enfant apprenne. J’ai envie qu’il apprenne la confiance qu’il n’est pas tout seul et qu’il pourra toujours compter sur quelqu’un. » Fin pour le rêve (la partie que je te raconte ici).

Apprendre de la souffrance

Pourquoi ai-je l’élan de venir te raconter cela aujourd’hui ? 

D’abord, parce qu’en me réveillant, j’ai bien aimé avoir ces réflexions philosophiques en rêve.

Et puis, qu’il soulève une croyance quand même bien ancrée « C’est au travers de l’adversité, de la souffrance que l’on apprend. » Et c’est intéressant ! 

Car « Apprend-on au travers de l’adversité ou de la souffrance ? » La réponse est oui, bien sûr, on peut ! C’est ce que je souhaite à chacun : dépasser le traumatisme, en faire une force. Cela prend sans doute plus ou moins de temps. 

Une question devient alors « Puis-je apprendre en dehors de la souffrance, des expériences douloureuses ? »

Si je reviens au bébé de mon rêve : va-t-il mieux apprendre et se développer s’il est confiant dans la présence de son entourage ou s’il est occupé à lutter contre des peurs, des angoisses d’abandon ou de solitude et des sensations de faim ?

Je vais te laisser avec cette question – nous avons tous été des bébés : sais-tu quelle était la croyance de tes parents à l’époque ? 

As-tu pu l’emmagasiner ? La stocker ? Y résistes-tu ?

Si jamais tu as été un bébé seul, en pleurs, effrayé peut-être, impuissant, pourrais-tu aujourd’hui, choisir de prendre quelques minutes et, dans ton coeur, être pour ce bébé que tu as été,  le parent aimant, présent, attentionné, bienveillant auquel tu as le droit…

Si des larmes te viennent, tu peux les laisser couler, sans chercher à comprendre, à analyser… Juste laisser ton corps relâcher 

Est-ce que tu voudrais bien te promettre, maintenant, d’être là pour toi, quand tu en auras envie ou besoin ? 

Attachement et perte livre de John Bowlby, a été une grande inspiration pour moi à la naissance de mon premier enfant

 

Deuxième niveau d’analyse

 

J’aime regarder la conscience qu’il y avait pour moi lors de ce rêve.

Un peu comme dans la vie, j’en suis à pouvoir à la fois vivre les choses qui arrivent et se présentent et en même temps, pouvoir questionner, prendre du recul, interroger le sens que cela fait pour moi. Choisir. Créer au lieu de réagir.

C’est mon chemin vers une vie et des rêves lucides !

Un chemin où je suis prête à accompagner celles et ceux qui en feront le choix.

Il y a des “trucs” que tu peux faire pour aller vers les rêves lucides. Et tu trouveras sûrement des ressources sur internet.

Si tu souhaites rejoindre mon programme qui te  permettra te reprendre réellement les rênes de ta vie et tes rêves, regarde ici !

 

Je te souhaite une merveilleuse journée !
Bienvenue à écrire en commentaire ce que réveille ce texte en toi ou à m’écrire par une autre voie… 

Qu’est-ce qui va te donner de la joie aujourd’hui ?

Sortir de la torpeur

Sortir de la torpeur

Jeûner pour sortir de la torpeur Nous sommes tous un jour ou l’autre confrontés à la mort, n’est-ce pas ? Et la mort n’a jamais vraiment été un problème pour moi.  Pourtant, quand cet homme-là a quitté la planète il y a bientôt six ans, c’est un univers de...

Aimer

Aimer

Aimer... Ça veut dire quoi pour toi ? Je te pose la question et bien sûr, là, maintenant, tout de suite, tu ne peux pas me répondre puisque tu es en train de lire (et peut-être écouter autre chose…) Alors, « aimer », ça veut dire quoi ?  Est-ce une pensée ? Un...